Comment ne plus se perdre dans un solo

Comment ne plus se perdre dans un solo

Ne pas se perdre dans un solo

Bienvenue sur le blog SaxophonistePro! Comme ce n'est pas la première fois que vous venez ici, vous voudrez sans doute lire mon livret qui vous explique comment apprendre n'importe quel morceau au saxophone : cliquez ici pour télécharger le livre gratuitement ! 🙂

Je vais essayer de répondre aujourd’hui à une question qui m’a été posée de nombreuses fois : comment ne plus se perdre pendant un solo. Il est vrai que parfois il est difficile d’avoir conscience de tout ce qui se passe quand on improvise. Il faut connaître l’harmonie, la mélodie, le rythme, ressentir les carrures. Mais comment faire pour ne pas se perdre dans tout cela ?

 

La mélodie

Pour ne pas se perdre dans un solo, la mélodie est votre premier point de repère et surtout le plus solide qu’il soit. Vous devez connaître la mélodie parfaitement pour pouvoir improviser correctement sans vous perdre. C’est absolument essentiel !! Faites ce petit exercice : improvisez puis arrêtez-vous n’importe où pour vous poser cette question : où suis-je dans la mélodie ? Si vous n’êtes pas capable de répondre à cette question alors, retournez à son apprentissage.

 

Ne pas s’enfermer sur soi

Ne vous focalisez pas sur vous même. Quand on improvise, on doit penser à un tas de choses différentes et on en oublie souvent l’essentiel : la musique se joue à plusieurs ! Les autres musiciens vous donnent un tas d’information pour ne pas vous perdre. Le batteur vous donne les carrures, le bassiste et le pianiste l’harmonie. Ne les oubliez pas.

———————————–>>>>>>>>>>>> Partagez cet article sur les réseaux sociaux afin qu’il puisse aider d’autres saxophonistes à progresser ! 🙂

Le silence

N’oubliez jamais que la musique est du silence entrecoupé de notes et non le contraire. Le silence est une composante fondamentale de la musique et ne doit jamais être négligé. Le silence vous permettra de vous laisser le temps de réfléchir et structurera vos phrases.

Écouter le batteur

À moins que vous jouiez dans un groupe d’improvisation libre, le batteur est là pour marquer les carrures, vous donner le rythme et vous aider à vous repérer. Écoutez-le autant que possible et laissez-lui la place pour vous donner les bonnes informations. En d’autres termes, ne surjouez pas !

Le points de rendez-vous

Les points de rendez-vous sont pour moi les moments caractéristiques d’un morceau. Par exemple le B dans une forme AABA ou en encore les 4 dernières mesures d’un blues dans les lesquels 3 accords s’enchaînent. Identifiez ces points de rendez-vous dans tous les morceaux que vous voudriez improviser. Ils vont vous aider à structurer le morceau dans le temps et vous rassurer sur le bon déroulement des événements dans votre tête.

Écouter de la musique

Pour vous imprégner d’un morceau rien de tel que de l’écouter en boucle. Vous pourrez alors faire rentrer dans votre inconscient toutes sortes d’informations sur la grille d’accord, les rythmes, les carrures les points de rendez-vous, etc.

La vidéo

Partagez moi vos astuces dans la section commentaire de l’article ou de la vidéo !

 

Transcription texte de la vidéo

Aujourd’hui, je vais essayer de répondre à une question que l’on me pose souvent : « comment ne plus se perdre dans un solo quand on improvise? ».

la première chose que j’ai envie de vous dire c’est que c’est normal, au début et que ce n’est pas quelque chose d’innée.

Il y a plein de choses auxquelles il faut penser, plein de choses à intégrer comme  le rythme, l’harmonie, ma mélodie, et c’est normal qu’au début, on soit déboussolé.

Je vais vous donner quelques astuces qui sont pour moi les plus importantes,  pour que vous réussissiez à le faire correctement.

 

La première des choses  pour ne plus se perdre dans une solo est la mélodie.

N’oubliez jamais la mélodie quand vous jouez un morceau, que ce soit un morceau sur un seul accord ou sur 50.000 accords, la mélodie est la première chose à savoir et il faut la savoir parfaitement.

La mélodie va être votre premier point de repère dans un morceau. Elle va être votre premier biais pour l’improvisation.

Par exemple, quand vous improvisez, vous pouvez toujours vous reposez sur la mélodie.

Si vous avez un trou, vous ne savez plus quoi faire par manque d’inspiration, la mélodie marchera toujours.

Elle est très efficace et ce n’est pas pour rien qu’on a écrit des mélodies et que les gens les retiennent, mais c’est parce qu’elles sont simples, efficaces et c’est ça qu’on veut.

Ce que vous pouvez faire, et ce qui est pour moi un super exercice, c’est de commencer à improviser, et au milieu d’une phrase d’improvisation, peu importe laquelle, vous vous mettez à jouer la mélodie du morceau à l’endroit évidement où vous êtes arrivé.

Petite anecdote rapide sur ce point : j’ai regardé un master classe de Michet Petrucciani, le très célèbre pianiste de jazz français, qui était atteint d’une maladie génétique très grave, et qui est décédé il y a maintenant une bonne dizaine d’année.

Dans cette masterclass, il donnait un cours à un gamin qui devait avoir 16 ou 18 ans.

Il jouait « Solar », un standard de Miles Davis.

Au beau milieu de son improvisation, Michel Petrucciani l’arrête et lui dit “ où est-ce que je t’ai arreté là ? », « Sur quelle note, précisement de la mélodie, je t’ai arrêté? ».

Et pourtant, l’improvisation était claire, les accords étaient exprimées, les phrases étaient belles, mais il était incapable de dire où il était.

Et moi je savais que j’ai retenu une bonne leçon quand j’ai écouté ça, je me suis dit: “ mais oui,  c’est ça qu’il faut savoir faire » et c’est très important.

La mélodie doit être le point central de l’improvisation dans votre tête. Elle doit toujours défiler quelque part dans votre tête.

 

Le deuxième point que je voudrais aborder est de ne pas s’enfermer dans sa propre musique.

À un moment donné, on est en train d’improviser, en on oublie les personnes qu’il y a autour de nous.

On joue, on a envie d’exprimer les accords, de faire des belles phrases, de sortir les plans qu’on connaît, parce qu’on sait qu’ils marchent bien donc, on a envie de les faire et se faire plaisir.

Mais en fait, on se focalise tellement sur soi-même qu’on en oublie les autres. Rien de tel pour se perdre dans un solo

Et ça, ce n’est pas bon parce que les musiciens qui jouent avec vous (le batteur, le pianiste, le guitariste, le contre bassiste, le bassiste électrique etc, vous donnent un maximum d’informations pour ne pas vous perdre.

Les musiciens vous donne tout: le batteur va marquer les carrures, le pianiste va évidemment exprimer les accords, le guitariste va faire le rythme avec vous.

Donc c’est très important de ne jamais négliger les autres.

Écoutez tout ce qui se passe, ne vous concentrez pas que sur vous-même.

La musique est quelque chose qui se joue ensemble mais pas tout seul, surtout quand on est dans un ensemble.

 

La troisième astuce que je vais vous donner, c’est d’utiliser le silence.

N’oubliez jamais le silence car c’est important.

N’oubliez pas que la musique ? c’est du silence entrecoupé de notes, et pas le contraire.

Ce n’est pas beaucoup de notes entrecoupées d’un peu de silence.

Le silence va vous apporter de l’espace, du temps pour réfléchir. Vous allez pouvoir vous permettre d’avoir les idées beaucoup plus claires,  et ça va vous permettre d’exprimer des phrases beaucoup plus clairement, c’est-à-dire que le silence structure les phrases.

Et plus vous allez être claire, plus vous allez être logique, et moins vous allez vous perdre. C’est simple.

 

Encore une chose qui est pour moi très importante, c’est d’écouter le batteur.

Le batteur est un des musiciens avec le bassiste, essentiel au groupe si vous jouer du jazz ou n’importe quel style de musique improvisée.

Le batteur est là pour donner toute les informations nécessaires pour ne pas se perdre dans un solo.

Normalement, il va jouer évidemment le rythme, que ce soit une bossa, du jazz, du rock, du métal, il va être là pour vous donner l’essentiel, et c’est aussi quelqu’un qui va aussi marquer les carrures tout le temps, tel es son job.

Le rôle du batteur est d’accompagner, marquer les carrures et de creer le tapis nécessaire pour que le soliste puisse s’envole.

Ne négligez pas cela, écoutez le batteur.

 

La dernière chose que je voudrais vous partager, c’est ce que j’appelle « les point de rendez vous ».

C’est-à-dire que quand on se perd dans une grille, il y toujours des petits moments caractéristiques dans une grille d’accord, des changements d’accord qui vont être caractéristiques à un morceau.

Par exemple, si je prends un Blues à trois accords tous simples, on sait qu’on a le premier degré pendant les quatre premières mesures, ensuite deux mesures du quatre, puis deux mesure du premier degré, et dans les quatre dernières mesures du Blues, on a trois accords d’affilée: V, IV et I.

Pour moi, c’est un point de rendez-vous dans un Blues, c’est-à dire-que je sais que dans ces quatre dernières mesures, quand j’entends les trois accords qui s’enchainent, je sais que je suis dans les quatre dernières.

Si vous prenez un standard de forme traditionnelle AABA, quand on va arriver sur le B, le B est un point de rendez-vous puisqu’il n’y a que des A qui suivent.

Forme : AABA/AABA etc. Le B va donc être votre point de rendez-vous.

Cela va vous structurer à l’intérieur de cette structure de 32 mesures.

Ça va vous donner des points de repère, encore une fois pour ne pas se perdre dans un solo.

Ça peut être aussi une mise en place. Parfois on a des thèmes, des mélodies, des standards de jazz qui ont des mises en place au milieu. C’est  pareil, ça peut être un point de rendez-vous.

 

La dernière chose est très simple: c’est d’écouter de la musique.

Écouter de la musique en permanence, chanter de la musique est extrêmement important parce que  les carrures ne viennent pas comme ça.

Par exemple, j’ai répété ça des milliers et des milliers de foi. J’ai passé des centaines d’heures de jeu en quartet, en quintet, tout seul avec des play along etc.

C’est ça qui va faire la différence.

Donc, ne paniquez surtout pas, ça va venir. Écoutez beaucoup de musique, essayez d’implémenter tout de suite les petites astuces que je vous ai donné, la prochaine fois que vous allez en groupe, pensez y tout de suite et vous allez voir que ça va aller beaucoup mieux.

C’est tout pour cette vidéo, j’espère qu’elle vous sera utile, que j’aurais contribué à solutionner des petits problèmes que vous pouvez avoir avec les carrures.

En complément de cette vidéo, vous êtes bien sûr libre de télécharger livret « Ma méthode simple et efficace pour apprendre n’importe quel morceau ».

Si vous avez aimé la vidéo, abonnez-vous en cliquant sur le petit bouton, et partagez-là.

 

Je vous dis « à la prochaine » pour une prochaine vidéo.

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
    43
    Partages
  •   
  • 43
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

​Recevez gratuitement ​le​ livret : "Ma méthode simple et efficace pour apprendre n'importe quel morceau "

%d blogueurs aiment cette page :