Interview de Charlie Parker

Interview de Charlie Parker

interview de Charlie Parker

Je vous propose ici une interview de Charlie Parker réalisée par Paul Desmond et John McLellan en 1954 à New York. Cette interview est unique car elle représente le seul document audio conservé à ce jour. Charlie Parker, également appelé Bird,  revient sur les début de sa carrière jusqu’à l’année 1947. Cette interview de Charlie Parker est traduite de l’anglais au français à partir de la transcription faite par le saxophoniste et pédagogue Bob Reynolds ( saxophoniste du groupe Snarky Puppy ).

À propos de Charlie Parker

Né à Kansas City dans ce qui était à l’époque la capitale du jazz, Charlie Parker alias “Bird” commence à jouer du saxophone à l’âge de 11 ans. Il s’inspire des plus grands artistes de cette période (Louis Armstrong, Lester Young, Count Basie…) et notamment Buster Smith, qui jouera pour lui le rôle de mentor et le fera beaucoup progresser dans sa technique.

À l’âge de 17 ans, Parker se produit déjà dans plusieurs orchestres de sa ville natale et il décide de participer à des jam-sessions afin de rencontrer quelques-uns de ses idoles tels que Lester Young ou Coleman Hawkins. Mais il se heurte à la dureté et la concurrence de ses lieux d’affrontements musicaux.

En 1937, il est recruté par le pianiste Jay McShann, ce qui va être un excellent tremplin pour sa carrière. En effet, en plus de lui permettre d’effectuer ses premiers enregistrements, Jay emmène Charlie Parker en tournée à New York. Cette opportunité va lui permettre de rencontrer beaucoup de jazzmen de talent comme Art Tatum, ainsi que les musiciens qui feront partie de son futur groupe de jazz révolutionnaire.

Ainsi, en 1942, après avoir quitté le groupe de McShann, Charlie Parker et Dizzie Gillespie s’associent dans le but de créer un nouveau style de jazz. Leurs intentions étaient de composer des morceaux d’une complexité telle que les musiciens de cette période (Bennie Goodman, Glenn Miller, Artie Shaw…) ne pourraient jouer. D’une certaine manière, Charlie voulait sortir du mouvement “swing”, qu’il considérait comme trop simpliste et trop commercial. Ces solos ahurissant vont changer la face du jazz à tout jamais.

Beaucoup de musiciens de talent vont prendre part à cette aventure et intégrer le groupe. En plus du trompettiste Dizzie Gillespie, on peut citer : Thelonious Monk (Piano), Miles Davis (trompettiste encore inconnu à cette époque), Kenny Clarke (batterie), Tommy Potter à la basse, etc. Ainsi, lors de jam-sessions d’après-concert dans des clubs de Harlem et de la 52e rue, ils vont élaborer un nouveau style de jazz, le bebop.

———————————–>>>>>>>>>>>> Partagez cet article sur les réseaux sociaux afin qu’il puisse aider d’autres saxophonistes à progresser ! 🙂

 

L’interview Audio (sous-titrée)

Transcription texte de l’interview de Charlie Parker

Traduction de l’anglais au français par Benjamin Dubray et Léa Rutali.

Les interviewers sont Paul Desmond ( P.D.) et John McLellan aka Fitch (J.M).
L’interviewé est le saxophoniste Charlie Parker ( C.P.)

Vous trouverez la version originale en anglais en cliquant ici

P.D. :… Cette musique, parce qu’il y a de très bons musiciens qui jouent sur l’enregistrement, mais le style de l’alto est tellement différent de celui des autres sur le disque et de ce qu’il y a eu avant. À cette époque, aviez-vous réalisé les effets que vous alliez avoir sur le Jazz ; que vous alliez changer la scène tout entière pour les 10 prochaines années ?

Charlie Parker : Bien, disons-le comme cela : non. Je ne savais pas que c’était si différent.

J.M.: J’aimerai vous poser une question, si je le peux. J’aimerai savoir pourquoi il y a eu ce changement si radical. Après tout, jusqu’ici la manière de jouer l’alto était celle de Johnny Hodges et Benny Carter et vous semblait avoir une conception complètement différente, pas seulement sur la manière de jouer le saxophone, mais aussi la musique en générale.

P.D. : Ouais, sur n’importe quel instrument.

Charlie Parker : Ouais, je ne pense pas qu’il y ait de réponse à…

P.D. : Comme vous le disiez, John !

C.P. : C’est ce que je disais quand j’ai commencé à parler, c’est ma conception, mec, c’est la façon dont je pense que ça devrait marcher, et je le pense toujours. La musique peut être encore tellement améliorée. Probablement que dans 25 ans, ou peut être 50 des jeunes arriveront et prendront le style pour en faire vraiment quelque chose, tu sais, mais depuis que j’ai entendu la musique j’ai toujours pensé que cela devait être très propre, très précis – aussi propre que possible dans tous les cas, tu sais, et plus ou moins pour les gens, tu sais, quelque chose qu’ils puissent comprendre, quelque chose de beau. Il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup de choses qui peuvent être dites avec le langage musical. On ne dirait peut être pas langage, mais c’est très difficile à décrire autrement que par la manière simple de le décrire. La musique c’est la mélodie, l’harmonie et le rythme, mais les gens peuvent faire beaucoup plus que cela. Cela peut être très descriptif, de plein de manières différentes et dans tous les domaines. Tu es d’accord avec cela, Paul ?

P.D. : Oui et vous avez toujours une histoire à raconter. C’est une des choses les plus impressionnantes de tout ce que j’ai pu entendues chez vous.

Charlie Parker : C’est plus ou moins le sujet. C’est comme cela que je pense que ça doit être.

P.D. : autre chose qui est caractéristique de votre jeu, c’est cette technique fantastique que personne n’a réussi à égaler. Je me suis toujours demandé si c’était venu — s’il y a eu — si c’était en pratiquant ou si c’était juste du fait de jouer, si cela avait évolué progressivement.

C.P. : Bien, c’est très difficile de répondre, tu sais. Je n’arrive pas à voir ce qu’il y a de si fantastique à cela. J’ai beaucoup étudié le saxophone, c’est vrai. En fait, les voisins ont menacé de demander à ma mère de déménager, quand on vivait dans l’ouest. Elle m’a dit que je les rendais fous avec le saxophone. J’avais l’habitude de jouer au moins 11 à 15 heures par jour.

P.D. : Oui, c’est bien ce que je me disais.

Charlie Parker : C’est vrai, oui. J’ai fait ça pendant une période de 3 à 4 ans.

P.D. : Oh ! J’imagine que c’est la réponse.

C.P. : Ce sont les faits en tous cas.

P.D. : J’ai entendu un de vos enregistrements il y a quelques mois sur lequel j’étais passé au travers je ne sais comment, et j’ai entendu une citation de 2 mesures du livre de Klosé qui sonnait comme un écho de chez vous.

Charlie Parker : Ouais, ouais. Tout a été fait avec des livres. Naturellement, ce n’était pas fait en recopiant, à ce moment là c’était fait avec des livres.

P.D. : Et bien, c’est très rassurant à entendre, parce que j’avais l’idée que vous étiez né avec cette technique et que vous n’aviez jamais eu à vous en préoccuper plus que cela.

J.M.: Je suis très content que vous souleviez ce point, parce que beaucoup de jeunes musiciens ont tendance à penser cela.

P.D. : Oui, c’est vrai. Ils ne font que sortir.

J.M.: Ce n’est pas nécessaire de faire cela.

P.D. : Et ils font de sessions et vivent la vie (de musicien de jazz), mais ils ne se plongent pas 11 heures par jour dans ces livres.

C.P. : Définitivement, l’étude est absolument nécessaire, sous toutes ces formes. Le talent qui est né chez quelqu’un, c’est comme une bonne paire de chaussures quand tu les fais briller, tu sais. L’étude fait ressortir la brillance de n’importe quel talent, n’importe où dans le monde. Einstein a étudié, bien qu’il ai un vrai don, en lui. L’éducation est l’une des plus belles choses qu’il soit, tu sais.

J.M.: Je suis content de vous l’entendre dire.

C.P. : C’est absolument vrai.

P.D : Oui.

C.P : Bien ?

P.D : Quel autre enregistrement ?

C.P : Lequel devrions-nous prendre cette fois-ci ?

J.M.: J’aimerais avancer un peu. Nous, Charlie, avons choisi « Night and Day », c’est l’un de ces enregistrements. C’est avec un big band ou avec des cordes ?

C.P. : Non, c’est avec un groupe live. Je pense qu’il y a 19 pièces dessus.

J.M.: Pourquoi ne l’écouterions pas, et l’on en parle ?

P.D. : Charlie, cela nous mène au moment où Diz et vous aviez commencé à joindre vos forces. Quand avez-vous rencontré Dizzy Gillespie pour la première fois ?

Charlie Parker : La première fois, notre rencontre officielle si je puis dire, était sur la scène du Savoy Ballroom de New York en 1939. L’orchestre de McShann est venu pour la première fois à New York. Avant de retourner dans l’Ouest, j’étais déjà allé à New York et j’y suis retourné quand j’ai rejoint le groupe. Dizzy est arrivé un soir, je pense que c’est la période où il travaillait avec l’orchestre de Cab Calloway et il s’est assis dans l’orchestre. J’étais fasciné par le bonhomme, et nous sommes devenus de très bons amis et nous le sommes toujours. C’était la première fois que j’ai eu le plaisir de rencontrer Dizzy Gillespie.

P.D. : Est-ce qu’il jouait de cette manière avant de jouer avec vous ?

C.P. : Je ne m’en rappelle pas précisément. Je me rappelle juste qu’il jouait, ce que l’on pourrait appeler, dans la langue vernaculaire des rues, un « boo-koo » de trompette, tu sais.

P.D : Un « boo-koo » de trompette ?

C.P. : Ouais.

P.D.: OK

Charlie Parker : Tu sais, juste comme tous les cuivres réunis en un seul, tu sais.

P.D. : D’accord.

C.P. : Et nous avions l’habitude de sortir ensemble et de jammer. On s’est bien amusé à cette époque. Un peu après que l’orchestre de McShann soit allé dans l’Ouest, je suis allé avec eux et je suis revenu de nouveau à New York et j’ai retrouvé Dizzy dans l’ancien orchestre de Hines en 1941 et j’ai rejoint l’orchestre avec lui. J’étais à New York. Je, il, nous sommes restés dans l’orchestre pendant un an. C’était avec Earl Hines et Dizzy Gillespie, Sarah Vaughn, Billy Eckstine, Gail Brockman, Thomas Crump. Il y avait aussi Shadow Wilson, quelques noms que vous pourrez reconnaître dans le monde musical aujourd’hui, étaient dans l’orchestre.

P.D. : Une belle bande.

C.P. : Et cet orchestre s’est arrêté en 41. En 42, Dizzy a créé son propre combo au Three Deuces à New York. J’ai rejoint son orchestre et c’est l’un des enregistrements que vous êtes sur le point de passer maintenant ? Nous l’avons fait en 1942 à New York.

P.D.. Ouais, je pense que la première fois que j’ai entendu ce groupe était quand vous êtes venus au Billy’s Berg ?

C.P. : Oh ! Oui, mais c’était plus tard en 1945. Nous y viendrons après.

P.D. : J’illustre juste à quel point je suis derrière tout cela.

C.P. : Oh! Ne soit pas comme cela. La modestie ne te mènera à rien.

P.D : Je m’y connais.

J.M.: Devrions-nous passer celui de 1942 ?

P.D. : Ouais.

J.M.: D’accord, il s’agit de « Groovin High » avec Dizzy et Charlie.

J.M.: Je pense que c’est avec Slam Stewart et Remo Palmieri, mais je ne sais pas qui est au piano.

C.P. : Oui, je pense que c’est Clyde Hart.

P.D. : Oui, je pense.

C.P. : Et Big Sid Catlett, décédé maintenant.

P.D. : Vous disiez que New York était bouillonnant en 1942.

C.P. : Ouais, New York l’était. À ce temps-là, c’était la bonne vieille époque, tu sais Paul ?

P.D. : Oh oui !

C.P. : La jeunesse heureuse

P.D. : Parlez-moi de cela.

C.P. En fait, j’allais plutôt dire : jeune, en manque d’argent.

P.D. : Écoutez grand père Parker parler ici !

C.P. : Il n’y avait rien d’autre à faire que de jouer tu sais et on c’est bien amusé à essayer de jouer. J’ai fait plein de jam-sessions, très tard dans la nuit, plein de bonne nourriture, une vie seine, mais en soit très pauvre.

P.D. : Il n’y a pas de problème, ne vous inquiétez pas.

C.P. : Cela a eu sa place dans ma vie, c’est sur.

P.D. : Est-ce que vous auriez aimé que cette situation continue indéfiniment ?

C.P. : Bien, que je le veuille ou non, cela a continué, Paul. Je suis content que cela se soit calmé de la sorte, et je dis bien de la sorte.

P.D. : Oui.

C.P. : J’ai aimé un peu cela, bien plus en fait, de travailler avec les des gens comme moi et j’ai rencontré d’autres jeunes personnes qui sont arrivées a nos côtés. J’ai aimé travailler avec eux quand j’ai eu le plaisir de le faire. Et je dois dire avec toi aussi, Paul.

P.D. : Oh, merci.

C.P. : Je me suis vraiment amusé à travailler avec toi, c’est un plaisir entre des millions, David, Dave Brubeck, David Brubeck. Beaucoup de jeunes sont arrivés depuis cette époque. Cela te fait ressentir que tu n’as pas fait tout cela pour rien, que tu as réellement essayé de prouver quelque chose et…

P.D. : Et bien, mec, tu l’as vraiment prouvé. Je pense que vous avez fait plus que personne d’autre ces 10 dernières années pour laisser une empreinte sur l’histoire du jazz.

C.P. : Oui je l’ai fait Paul, mais j’ai eu l’intention de le faire. J’aimerai étudier plus, je ne suis pas arrivé au bout pour l’instant. Je ne me considère pas comme trop vieux pour apprendre.

P.D. : Non. Je connais beaucoup de personnes qui vous regardent en ce moment avec le plus grand intérêt et qui se demandent ce que vous allez apporter dans les prochaines années, mois le premier. Qu’avez-vous en tête ?

C.P. : Et bien, en parlant sérieusement, j’aimerai essayer d’aller en Europe pour étudier. J’ai eu le plaisir de rencontrer Edgar Varèse une fois à New York. C’est un compositeur classique européen, il est français. C’est une belle personne et il veut m’apprendre. En fait, il veut écrire pour moi parce qu’il pense que je suis, plus ou moins que je suis une base sérieuse et si il me prend sous son aile, je veux dire après qu’il en ait fini avec moi, je pourrais avoir la chance d’allé a l’Académie de Musique de Paris et étudier, tu vois. Mon intérêt principal est encore d’apprendre à jouer de la musique.

J.M.: Vous étudieriez l’instrument ou la composition ?

C.P. : Je ferais les deux. Je ne veux pas perdre mon instrument.

P.D. : Non, vous ne devriez pas.

C.P. : Je ne veux pas me faire. Cela ne fonctionnerait pas.

J.M.: Bien, nous arrivons maintenant à la séquence enregistrement, mais cela a été fascinant. Est-ce que vous voulez dire quelque chose à propos de Miles Davis ?

C.P. : Oui, je vais vous dire comment j’ai rencontré Miles. En 1944 Billy Eckstine a formé son propre groupe. Dizzy était dans cet orchestre aussi. Lucky Thompson ; il y avait Art Blackey, Tommy Potter et beaucoup d’autres personnes et le dernier, votre humble serviteur.

P.D : Ne soyez pas modeste Charlie.

C.P. : J’ai eu le plaisir de rencontrer Miles pour la première fois à St.Louis quand il été jeune, il allait encore à l’école. Après, il est arrivé à New York, il a fini Julliard. Miles a été diplômé de Julliard et à cette époque je commençais à faire mon groupe, tu sais, cinq morceaux ici, cinq morceaux là. J’ai donc formé un groupe et nous aller au Three Deuces pour peut être 7 ou 8 semaines et à cette époque Dizzy — après que le groupe d’Eckstine ait cassé — Dizzy était sur le point de former son propre groupe. Il y avait tellement de choses qui se passaient que c’est difficile à décrire parce que tout s’est passé en quelques mois. Néanmoins, je suis allé en Californie en 1935 avec Dizzy après avoir rompu mon orchestre – le premier groupe que j’ai eu après je suis retourné à New York en 1947, début 1947, et c’est à ce moment que j’ai décidé d’avoir mon propre groupe de façon permanente et Miles était dans cette formation originale. J’ai eu Miles, j’ai eu Max (Roach), j’ai eu Tommy Potter et Al Haig dans mon groupe. Dans l’autre groupe que j’ai eu – j’ai eu Stan Levey, j’ai eu Curley Russell, j’ai eu Miles et Gorge Wallington -, mais. Je pense que vous avez un enregistrement que l’on a fait avec Max et Miles, je pense, et moi même, Tommy et Duke Jordan. Je pense que c’est « Perhaps ». Ce n’est pas cela ? Cela est arrivé dans les années disons 47, 46-47. Ces faces ont étaient enregistrées à New York au WNEW, 1440 Broadway et c’était le début de ma carrière en tant que leader.

J.M : OK, alors, écoutons « Perhaps ».

———————————–>>>>>>>>>>>> Dites-moi dans les commentaires si cet article vous a plu 😉

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    39
    Partages
  •   
  • 35
  •  
  •  
  •  
  • 4

 

2 réponses

  1. Jean-Lou dit :

    Merci pour cette interview. C’est particulièrement intéressant de faire le lien entre Paul Desmond et Charlie Parker. Je suis un fan de Paul Desmond et j’avoue que je trouvais les univers plutôt éloignés. Finalement pas tant que ça…
    L’aspect “travail” n’est pas très surprenant, votre interview avec Johann en est encore un exemple. Pas de surprise, il faut tout de même être besogneux. Par contre l’aspect bouquins m’a surpris.
    Belle découverte !

    • Charlie Parker était un intellectuel de haut vol, contrairement à ce que laisse paraître l’histoire “commune”. Il était extrêmement instruit et doté d’une mémoire hors du commun. Il pouvait notamment retenir des arrangements de big band compliqués après une lecture seulement. Il lisait beaucoup de philosophie, il intéressait aux travaux d’Einstein etc… Il a effectivement étudié l’école française du saxophone et a été invité par Marcel Mule en personne au Conservatoire de Paris pour transmettre son savoir et sa technique légendaire. Mal heureusement il n’y a pas de témoignage de cette rencontre, en tous cas je n’en connais pas.

Laisser un commentaire

​Recevez gratuitement ​le​ livret : "Ma méthode simple et efficace pour apprendre n'importe quel morceau "

%d blogueurs aiment cette page :