Podcast – Mon parcours musical

Podcast 0 Comments

Cliquez ici sur “Play” pour l’écouter ou faites un clic droit puis cliquez sur “télécharger” pour le recevoir directement sur votre appareil (par exemple pour l’écouter sur votre smartphone!)

Mon parcours musical

Vous êtes maintenant plusieurs dizaines à me suivre tous les mois et je me suis rendu compte qu’il était temps pour moi de vous en dire un peu plus à mon sujet. Dans ce podcast, je reviens sur mon parcours musical depuis ma plus tendre enfance.
Je vous raconte :

• Mes débuts à l’âge de sept ans

• Mes années difficiles aux collèges

• Comment la passion du saxophone est devenue plus forte que tout

• Mon entrée dans les classes à horaires aménagés

• Mes études de Jazz au Conservatoire Royale de Musique de Bruxelles

• Les débuts du blog SaxophonistePro

Je vous remercie du fond du cœur de me suivre plus nombreux chaque mois. Bonne écoute à vous toutes et tous.

Transcription texte du podcast

Salut, c’est Benjamin et bienvenue dans ce nouveau podcast du blog SaxophonistePpro dans lequel je vais vous parler de mon parcours musical.
Bonjour à tous, je tenais à faire ce podcast parce que vous êtes quelques-uns à me suivre régulièrement sur le blog. Je vous en remercie. Évidemment, j’en suis très content et je me suis rendu compte que je n’avais jamais vraiment parlé de mon parcours musical, alors je vais raconter tout ça maintenant.

Mes premières écoutes

Donc en fait, je commence la musique jeune, très jeune, je commence à sept ans comme vous l’avez sans doute lu dans mon à-propos. L’histoire est simple. En fait, mon père revient un jour du travail avec une chaîne hi-fi qu’on n’avait pas du tout à la maison l’époque et avec cette chaîne, un coffret de cinq disques qui s’appelaient « The Five Greatest Horns », je m’en rappelle très bien. Et donc il y avait un disque de John Coltrane, un de Ben Webster, un de Stan Getz, il y avait Gerry Mulligan et le cinquième était Dexter Gordon. On les passait en boucle sur la chaîne et je découvre le saxophone à ce moment-là. Donc moi j’écoute ça et je demande à mon père, tout simplement  :  « Mais qu’est-ce que c’est cet instrument papa ? Qu’est-ce qu’on entend là toujours ? Et il me répond  :  «  c’est du saxophone  ». Moi, tout bêtement, je dis «  je veux faire ça  !  » et là, j’ai eu la chance de ma vie parce qu’il m’a simplement dit  :  d’accord.

Mes débuts au saxophone

Donc l’année d’après, on m’inscrit à l’école de musique, comme tous les musiciens l’époque. Je rentre à l’école de musique et je devais faire un an de solfège d’abord et seulement ensuite commencer le saxophone. Cela commençait à bouillir un peu. Je me retrouve avec un saxophone dans les mains. Je commence dans une petite école de musique du Nord de la France avec un professeur qui s’appelle Francis Cochet, un super professeur, également professeur au conservatoire de Charleville-Mézières dans les Ardennes et donc je prends des cours. Cela se passe plutôt bien et je deviens tout de suite mordu de la musique. Donc je passe toute mon école primaire a aller, comme un musicien amateur comme ça, plusieurs fois par semaine à l’école de musique et j’ai faim de jouer. Je travaille tous les jours, j’adore ça. Donc je joue encore et encore. En parallèle j’écoute les disques que mon père rapporte. J’écoute beaucoup Charlie Parker, Stan Getz à l’époque, Coltrane pas trop parce que je pense que je n’avais pas vraiment l’oreille aussi pour pour pouvoir apprécier ça. En fait, trouvais ça assez barbare et compliqué. Je ne comprenais pas du tout le propos du mec, ce qui a bien changé depuis un parce que comme tous les saxophonistes de jazz on à tous une vénération pour Coltrane, à juste titre. Je continue mon parcours musical, je commence à intégrer des petits orchestres, il y en a un qui s’appelait l’orchestre de variétés, on jouait de la variété de l’époque, du Toto, des trucs d’Eddy Mitchell. J’intègre l’orchestre d’harmonie.

Mon entrée au collège

Quelques années plus tard, je rentre au collège. Ça commence à me déplaire sérieusement et je me rends compte que l’école vraiment, ce n’est pas cool. C’est un truc qui ne me plaît pas vraiment et au collège, je le sens fort. Je commence à avoir l’idée qui mûrit de plus en plus et je me dis, pour te sortir de là ton seul moyen c’est le saxophone. Je ne faisais rien d’autre à côté, un peu de sport m’a très vite fait. Donc je me dis, il va falloir que tu t’y intéresses vraiment très sérieusement, parce que si tu ne veux pas rester comme à l’école faire des trucs que tu n’aimes pas, je ne voyais pas du tout à comme mon grand frère par exemple, aller au lycée faire un bac S, devenir ingénieur, etc. c’est un truc dans lequel je ne me projetais absolument pas. Donc je commence à travailler encore plus et plus de travail, ça marche encore mieux.
Pour l’anecdote, je me rappelle que déjà, à cette époque-là, vous savez quand on démarre l’année au collège, on devait remplir des fiches pour les professeurs, avec nom, adresse, etc., et il avait toujours la fameuse question : Que voudriez-vous faire plus tard comme métier ?  Je me rappelle très bien que moi je notais tout le temps  : musicien de jazz dans un Big Band. J’ai toujours rêvé de jouer dans un Big Band professionnel comme ça, j’avais 11 ans, 12 ans et dans ma tête, c’était clair que je ne voyais déjà rien faire d’autre que la musique.

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    13
    Partages
  •   
  • 13
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire